Les injections d’acide hyaluronique

Les injections d’acide hyaluronique

Le traitement par excellence de la médecine anti-âge

Utilisé pour combler les rides et ridules : front, glabelle (rides du lion), patte d’oie, sillon naso-génien, plis d’amertume…L’acide hyaluronique sert par ailleurs à redonner du volume au visage (galbe du front, creux des tempes, pommettes, vallée des larmes, lèvres…) (cf photo).

Un peu à part la rhinoplastie médicale permet par des injections d’AH, de modifier les contours d’un nez.

La "French touch" de la médecine esthétique

Il faut parler ici de la « French Touch » en médecine esthétique. Dans certains pays, la possibilité de se faire faire des injections d’AH est une marque de réussite sociale : il faut donc que cela se voit ! D’où les aspects au mieux figés au pire clownesques de femmes trop et mal injectées.

En France au contraire, nous cherchons à obtenir un résultat naturel et discret. Le but est d’estomper les marques du temps, parfois de gommer quelques irrégularités, de rajeunir un visage mais certainement pas de le transformer.
 Votre entourage doit vous faire des compliments comme « tu es resplendissante ! », « tu as l’air en pleine forme », au mieux « Tu ne vieillis pas » mais certainement pas « Tu as payé combien pour tes injections » !
Cette « FrenchTouch » ne tombe pas du ciel parce que vous êtes français. Elle est enseignée dans le cadre de formations diplômantes, certaines organisées au sein mêmes des Facultés de Médecine puis mise en pratique lors de nombreux ateliers proposées par différents laboratoires. 

Pourquoi l'acide hyaluronique est-il si prisé actuellement ?

De plus en plus de médecins conseillent d’associer l’injection d’acide hyaluronique à celle du PRP car leur action respective est très synergique : l’acide hyaluronique « lubrifie » l’articulation tandis que le PRP essaie de relancer les processus de régénération du tissulaire (voir plus loin). Certains praticiens injectent AH et PRP lors d’une même séance, d’autre sur deux séances espacées d’une à 3 semaines.

Les précautions de traitement

Cette molécule n’a pas été fabriquée au fond d’une éprouvette de laboratoire. Il s’agit d’une molécule naturelle fabriquée par notre corps. Au niveau de la peau, on peut considérer que l’AH se comporte comme une éponge. Selon le type d’AH choisi on va pouvoir remplir des zones qui se sont affaissées, combler des sillons ou des rides, réhydrater la peau en lui redonnant élasticité et tonicité (cf Skin booster et Mésolift).

Le protocole de soins

En pratique, je prévois 3 consultations :

  • La première consiste par un long interrogatoire à bien cerner votre demande. Je pourrai alors vous dire si le résultat espéré est possible et avec combien de seringues d’acide hyaluronique. Il faut en effet respecter votre budget.

C’est durant cette consultation que je vais rechercher les rares contre-indications aux injections (terrain allergique particulier, anti-coagulants, maladies auto-immunes évolutives, certaines maladies rhumatismales, antécédents d’injections de produits non résorbables, femmes enceinte ou allaitante…).

Je vous expliquerai aussi les effets secondaires mais ceux-ci sont rare. Certaines zones saignent un peu plus et des petits hématomes peuvent apparaitre. Ils disparaissent en 2 ou 3 jours et sont facilement cachés par un fond de teint.

Enfin, si tout est OK, on passe à la séance photos. Ces photos vont me permettre de peaufiner le plan de traitement et de faire un comparatif objectif entre l’avant- et l’après-injections. Je vous rassure : je suis médecin et ces photos font parties de votre dossier médical donc relèvent du secret médical ! Autrement dit, vous ne les retrouverez jamais sur internet, ni nulle part ailleurs.

  • Lors de la deuxième séance, je réalise les injections. J’utilise un acide hyaluronique de haute qualité, fabriqué et conditionné en France par un laboratoire réputé. Ces injections se font à la canule ou à l’aiguille selon les régions injectées. Ce serait inexact de dire que l’injection est complètement indolore mais un anesthésique est incorporé dans la seringue d’AH ce qui limite notablement les douleurs.

Afin de respecter au mieux la « French Touch », je réalise une sous-correction, c’est-à-dire que je n’injecte pas la totalité de l’AH qui a été prévu. Un œdème transitoire d’une petite semaine peut néanmoins vous donner un aperçu à peu près fidèle du résultat définitif.

  • Les finitions se font donc à la troisième séance ainsi qu’une nouvelle prise de photos. Au préalable, un nouvel interrogatoire m’aura permis d’évaluer votre niveau de satisfaction et de confirmer l’objectif à atteindre. En effet, certaines personnes peuvent être satisfaites dès la première séance d’injections.