Injections de PRP

Injections de PRP

Les injections de PRP (Plasma Riche en Plaquettes)

Voltaire disait « l’art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit ». Je vous laisse juge pour la médecine mais je suis entièrement d’accord avec la deuxième partie de cette phrase : le meilleur médecin (et de loin) c’est vous ! Votre organisme possède en effet des moyens très puissants pour cicatriser. Parmi eux, les facteurs de croissance jouent un rôle très important. Lorsque survient une lésion dans votre corps, les plaquettes se concentrent sur la zone lésée et libèrent des facteurs de croissances pour permettre sa cicatrisation.

Le médecin essaie de reproduire ce mécanisme naturel afin de relancer les processus de régénération d’une articulation arthrosique ou d’un tendon fissuré.

Le procédé est finalement très simple. Il s’agit d’un prélèvement de 15 ml de sang qui est centrifugé afin de récupérer le Plasma Riche en Plaquette (PRP). Le PRP est ensuite injecté dans l’articulation ou dans le tendon sous échographie la plupart du temps.

Tout cela se fait en un temps, en une seule séance. Il s’agit de vos propres constituants, rien n’est ajouté. La tolérance est donc parfaite Il n’y a pas de manipulation du sang et du PRP. Ce dernier ne sort de la seringue que lorsqu’il est injecté dans votre articulation ou votre tendon. Le risque infectieux, même s’il existe toujours, est infime.

Il n’y a donc pas d’effet indésirable à craindre après injection, parfois une douleur brève comme on peut le voir dans toute injection intra-articulaire ou intra-tendineuse.

Mêmes remarques que pour l’acide hyaluronique :

  • Ne pas injecter dans un même temps de la cortisone et du PRP. La cortisone dénature et neutralise le PRP.
  • Il existe une action synergique entre acide hyaluronique et PRP et il est intéressant d’associer les deux en cas d’arthrose articulaire.