La cryothérapie basse température

La cryothérapie basse température

La cryothérapie très basse température

Ne pas confondre avec le refroidissement obtenu avec des poches de glace ou avec les fameux « petits pois congelés »…

 Ici, l’air pulsé sort à – 35°C et nous cherchons à obtenir un choc vaso-moteur et non pas une sédation de la douleur. D’ailleurs, ce choc vaso-moteur peut provoquer plutôt des douleurs heureusement modérées.

Pour simplifier, lorsque vous allez dehors en hiver, sans gant, vous constatez que vos doigts se refroidissent et deviennent blancs voire bleus. Votre organisme tente de limiter la perte de chaleur de votre corps en resserrant les petits vaisseaux de vos doigts (vaso-constriction). Mais ces vaisseaux apportent aussi de l’oxygène à vos doigts et si la situation se prolonge, ceux-ci peuvent présenter des lésions (nécrose). Avant d’en arriver là, les vaisseaux se dilatent à nouveau (vasodilatation)-tant pis pour la perte de chaleur- et vos doigts deviennent rouges, chauds et douloureux. C’est le choc vasomoteur.

La cryothérapie va donc permettre d’apporter plus de sang aux tissus afin d’améliorer leur cicatrisation et leur régénération.

Ce traitement peut être utilisé seul mais nous préférons l’associer à d’autres traitements afin d’obtenir un effet thérapeutique décuplé (Cf Ondes de choc, LASER, protocole US, ionisations, cryothérapie).